Perspectives d’emploi Ébéniste au Canada

Les perspectives d’emploi des personnes qui travaillent comme de ébéniste diffèrent selon leur lieu de travail au Canada. Découvrez ce que l’avenir leur réserve dans votre province ou territoire. Ces perspectives concernent l’ensemble des Ébénistes (CNP 7272).

Veuillez noter que les perspectives d’emploi actuelles pour 2019-2021 ont été publiées en décembre 2019 en fonction des informations disponibles à ce moment. Nous nous efforçons de mettre à jour ces renseignements aussi tôt que possible. En attendant, visitez le tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada pour consulter les plus récentes données sur la demande et les exigences associées à cette profession. Vous pouvez aussi consulter nos nouveaux portraits sectoriels pour vous renseigner sur les développements récents dans les secteurs économiques clés de votre région.

Débouchés au cours des 3 prochaines années

Explorez les perspectives d’emploi futures par province et territoire.

Région Perspectives d’emploi
Terre-Neuve-et-Labrador Indéterminées Indéterminées
Île-du-Prince-Édouard Indéterminées Indéterminées
Nouvelle-Écosse Indéterminées Indéterminées
Nouveau-Brunswick Indéterminées Indéterminées
Province du Québec Acceptables Acceptables
Ontario Acceptables Acceptables
Manitoba Acceptables Acceptables
Saskatchewan Limitées Limitées
Alberta Acceptables Acceptables
Colombie-Britannique Acceptables Acceptables
Territoire du Yukon Indéterminées Indéterminées
Territoires du Nord-Ouest Indéterminées Indéterminées
Nunavut Indéterminées Indéterminées
Légende : Les perspectives d’emploi peuvent être : Indéterminées Limitées Acceptables Bonnes

Vous pouvez aussi consulter ces données sur une carte. Allez à Explore IMT

Conditions du marché du travail au cours des 10 prochaines années

Regardez plus en détail l’évolution prévue de l’offre et de la demande de travailleurs appelés à exercer cette profession au cours de la période 2019-2028. Pour plus d’informations sur les tendances futures en emploi, référez-vous au Système de projection des professions au Canada.

Sommaire

SURPLUS : Ce groupe professionnel devrait être confronté à une situation de surplus de main-d'œuvre au cours de la période 2019-2028 au niveau national. La section ci-dessous contient de l'information plus détaillée concernant les perspectives de ce groupe professionnel.

Emploi en 2018

4 700

Âge médian des travailleurs en 2018

43

Âge moyen de la retraite en 2018

64.0

Analyse détaillée

Afin de déterminer les perspectives d'une profession, l'importance de l'écart entre les projections du nombre total de chercheurs d'emploi et celui d'ouvertures d'emploi au cours de la période de projection (2019-2028) est analysée conjointement avec l'évaluation des conditions récentes sur le marché du travail. L'objectif est de déterminer si les conditions récentes sur le marché du travail (pénurie, équilibre ou surplus) observées dans une profession au cours des dernières années persisteront ou changeront au cours de la période de projection. Par exemple, si l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que le nombre de chercheurs d'emploi était insuffisant afin de doter l'ensemble des ouvertures d'emploi (une pénurie de main-d'œuvre) dans une profession au cours des dernières années, les projections sont alors utilisées afin de déterminer si cette situation se poursuivra au cours de la période de projection ou si cette profession retournera à une situation d'équilibre.

Au cours de la période 2016-2018, cette profession a continué de connaître de fortes chutes d'emploi. Le taux de chômage est demeuré bas et sous ses valeurs antérieures et la moyenne nationale en 2018. Étant donné les pertes d'emplois et les salaires qui demeurent parmi les plus faibles des professions des métiers, ce faible taux de chômage s'explique en partie par le mouvement de chômeurs vers d'autres métiers ou professions, par exemple charpentiers-menuisiers/charpentières-menuisières. De plus, cette profession compte une proportion significative de travailleurs autonomes qui tourne autour de 25 %-30 %, comparativement à 15 % pour l'ensemble des professions. Cela explique probablement aussi l'impact réduit des pertes d'emplois sur le taux de chômage. Ainsi, l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que le nombre de chercheurs d'emploi dépassait significativement le nombre d'ouvertures d'emploi dans ce groupe professionnel au cours de la période 2016-2018.

Pour les Ébénistes., au cours de la période 2019-2028, les projections montrent un total de 1 400 nouvelles possibilités d'emploi (provenant de la demande d'expansion et de remplacement) et de 3 400 chercheurs d'emploi (provenant des sortants scolaires, de l'immigration et de la mobilité).

Étant donné que le nombre projeté d'ouvertures et de chercheurs d'emploi devraient être relativement similaires au cours de la période 2019-2028, les conditions de surplus de main-d'œuvre observées au cours des dernières années devraient se maintenir au cours de la période de projection. Comme les pertes d'emploi devraient se poursuivre au cours de la période de projection, la totalité des nouveaux postes offerts sera attribuable aux remplacements à la suite de départs à la retraite. Les travailleurs de cette catégorie professionnelle possèdent la même distribution d'âge que la moyenne de toutes les professions et partent à la retraite à un âge similaire. Par conséquent, le taux de retraite sera comparable à la moyenne nationale. Les perspectives d'emploi pour cette profession dépendent grandement de la santé de l'industrie de la construction résidentielle et notamment de la rénovation. La demande d'ébénistes a considérablement diminué depuis la dernière récession. Cette profession n'a pas connu de reprise, contrairement au secteur de la construction, où le rétablissement s'est fait rapidement. C'est principalement parce que les ébénistes doivent composer avec une augmentation de l'utilisation d'armoires préfabriquées, une solution de plus en plus abordable pour les rénovateurs et les constructeurs de maisons. Ce type de concurrence ne disparaîtra pas au cours des prochaines années. De plus, la création d'emploi sera limitée par les perspectives plus fables pour les investissements en construction résidentielle, qui résulteront du ralentissement dans la croissance de la population et des niveaux élevés d'endettement des ménages. Du côté de l'offre de main-d'œuvre, les sortants scolaires devraient représenter un peu plus de la moitié des chercheurs d'emploi potentiels, une proportion plus faible que pour les autres professions (environ trois quarts des chercheurs d'emploi). Les nouveaux immigrants devraient, quant à eux, représenter l'autre moitié des chercheurs d'emploi, une proportion qui est plus du double de celle dans les autres professions. Néanmoins, une proportion considérable de travailleurs devrait quitter cette catégorie professionnelle pour chercher des possibilités d'emploi dans d'autres catégories, principalement comme charpentiers-menuisiers/charpentières-menuisières ou encore comme entrepreneurs/entrepreneuses et contremaîtres/contremaîtresses en charpenterie. En dépit de la baisse du nombre de travailleurs, l'excédent de main-d'œuvre observé depuis quelques années devrait se maintenir tout au long de la période de projection.

Source Système de projection des professions au Canada - EDSC

Date de modification :