Perspectives d’emploi Gérant/gérante des fruits et légumes - commerce de détail au Québec

Les perspectives d’emploi des Directeurs/directrices - commerce de détail et de gros (CNP 0621) sont acceptables au Québec au cours des 3 prochaines années. Ces perspectives s’appliquent aussi aux personnes qui travaillent comme gérant/gérante des fruits et légumes - commerce de détail.

Avis : Ces perspectives d’emploi ont été publiées en décembre 2021 en fonction des données disponibles au moment de l’analyse. La prochaine mise à jour aura lieu en décembre 2022. Pour en savoir plus, consultez notre FAQ. Vous pouvez aussi trouver des renseignements supplémentaires sur le tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada.

Débouchés au Québec

gérant/gérante des fruits et légumes - commerce de détail
Perspectives au cours des 3 prochaines années
Acceptables

Les perspectives d'emploi seront acceptables pour les directeurs - commerce de détail et de gros (CNP 0621) au Québec pour la période 2021 à 2023.

Les facteurs suivants ont contribué à cette conclusion :

  • la décroissance d'emploi prévue devrait entraîner l'abolition de certains postes
  • plusieurs postes deviendront disponibles en raison de départs à la retraite
  • quelques travailleurs expérimentés sont à la recherche d'un emploi dans cette profession

Le bassin de main-d'œuvre se compose de personnes qui possèdent une solide expérience du commerce de détail et de gros, mais aussi d'individus détenant l'épargne nécessaire à l'ouverture d'un commerce, avec ou sans expérience spécifique. Même si certains programmes de formation facilitent l'accès à cette profession, surtout pour les postes salariés dans les magasins de moyenne et de grande surface, ils ne sont pas toujours requis. L'expérience joue un rôle important pour accéder à cette profession et la formation ne peut la remplacer complétement. En général, les employeurs recherchent des candidats faisant preuve de leadership, d'esprit d'équipe, d'entregent et d'habiletés à gérer du personnel.

Le paysage commercial québécois a été marqué par la disparition de plusieurs enseignes au cours des dernières années, alors que d'autres ont diminué leur présence en fermant leurs magasins les moins performants, un phénomène qui a été exacerbé par la pandémie, principalement chez les détaillants de vêtements, d'articles de sport, d'articles de passe-temps, d'articles de musique et de livres. À moyen terme, la croissance devrait demeurer faible au Québec dans le commerce de gros et de détail. Tout d'abord, la dynamique démographique de la province est parmi les plus faibles au Canada, alors que le vieillissement de la population entraîne une façon différente de consommer en raison d'un revenu moindre et de besoins changeants en fonction de l'âge. De plus, le maintien du télétravail continuera de bouleverser la dynamique de certaines industries, notamment dans le prêt-à-porter, les cosmétiques, et les produits de santé et de soins personnels, où la récupération des emplois perdus et la création de nouveaux emplois seront plus ardues. Enfin, la montée en importance du commerce électronique se poursuivra, réduisant ainsi l'achalandage en magasin et défavorisant une grande proportion d'entreprises québécoises qui accusent toujours un retard au niveau des transactions en ligne.

Voici quelques faits saillants au sujet des directeurs - commerce de détail et de gros au Québec :

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :