Perspectives d’emploi Ingénieur civil/ingénieure civile au Canada

Les perspectives d’emploi des personnes qui travaillent comme d’ ingénieur civil/ingénieure civile diffèrent selon leur lieu de travail au Canada. Découvrez ce que l’avenir leur réserve dans votre province ou territoire. Ces perspectives concernent l’ensemble des Ingénieurs civils/ingénieures civiles (CNP 2131).

Veuillez noter que les perspectives d’emploi actuelles pour 2019-2021 ont été publiées en décembre 2019 selon les informations disponibles à ce moment.

Débouchés au cours des 3 prochaines années

Explorez les perspectives d’emploi futures par province et territoire.

Région Perspectives d’emploi
Terre-Neuve-et-Labrador Acceptables Acceptables
Île-du-Prince-Édouard Bonnes Bonnes
Nouvelle-Écosse Acceptables Acceptables
Nouveau-Brunswick Bonnes Bonnes
Province du Québec Acceptables Acceptables
Ontario Acceptables Acceptables
Manitoba Acceptables Acceptables
Saskatchewan Acceptables Acceptables
Alberta Acceptables Acceptables
Colombie-Britannique Bonnes Bonnes
Territoire du Yukon Bonnes Bonnes
Territoires du Nord-Ouest Indéterminées Indéterminées
Nunavut Indéterminées Indéterminées
Légende : Les perspectives d’emploi peuvent être : Indéterminées Limitées Acceptables Bonnes

Vous pouvez aussi consulter ces données sur une carte. Allez à Explore IMT

Conditions du marché du travail au cours des 10 prochaines années

Regardez plus en détail l’évolution prévue de l’offre et de la demande de travailleurs appelés à exercer cette profession au cours de la période 2019-2028. Pour plus d’informations sur les tendances futures en emploi, référez-vous au Système de projection des professions au Canada.

Sommaire

SURPLUS : Ce groupe professionnel devrait être confronté à une situation de surplus de main-d'œuvre au cours de la période 2019-2028 au niveau national. La section ci-dessous contient de l'information plus détaillée concernant les perspectives de ce groupe professionnel.

Emploi en 2018

54 500

Âge médian des travailleurs en 2018

41

Âge moyen de la retraite en 2018

63.0

Analyse détaillée

Afin de déterminer les perspectives d'une profession, l'importance de l'écart entre les projections du nombre total de chercheurs d'emploi et celui d'ouvertures d'emploi au cours de la période de projection (2019-2028) est analysée conjointement avec l'évaluation des conditions récentes sur le marché du travail. L'objectif est de déterminer si les conditions récentes sur le marché du travail (pénurie, équilibre ou surplus) observées dans une profession au cours des dernières années persisteront ou changeront au cours de la période de projection. Par exemple, si l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que le nombre de chercheurs d'emploi était insuffisant afin de doter l'ensemble des ouvertures d'emploi (une pénurie de main-d'œuvre) dans une profession au cours des dernières années, les projections sont alors utilisées afin de déterminer si cette situation se poursuivra au cours de la période de projection ou si cette profession retournera à une situation d'équilibre.

Au cours de la période 2016-2018, l'emploi dans ce groupe professionnel a augmenté au même rythme que la moyenne nationale. Cela s'est traduit par une légère baisse du taux de chômage qui est demeuré bien en dessous de la moyenne nationale. Les investissements dans les infrastructures gouvernementales (routes, égouts, réseaux d'aqueduc, etc.) au cours des dernières années ont entraîné une augmentation importante de l'emploi dans cette profession, à la suite de l'effondrement résultant de la chute des investissements liés au pétrole en 2014. Le nombre de travailleurs au chômage par poste vacant a diminué au cours de la période, dû à la fois au taux de chômage plus faible et à une augmentation du taux de postes vacants. Cependant, cette baisse était comparable à l'amélioration dans les conditions du marché du travail au niveau national. Ainsi, l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que les chercheurs d'emploi étaient suffisamment nombreux pour combler les postes disponibles dans ce groupe professionnel au cours de la période 2016-2018.

Pour les Ingénieurs civils/ingénieures civiles., au cours de la période 2019-2028, les projections montrent un total de 18 900 nouvelles possibilités d'emploi (provenant de la demande d'expansion et de remplacement) et de 26 500 chercheurs d'emploi (provenant des sortants scolaires, de l'immigration et de la mobilité).

Bien que ce groupe professionnel ait fait face à un marché du travail en équilibre lors des dernières années, le nombre projeté de chercheurs d'emploi devrait être substantiellement plus élevé que le nombre d'ouvertures d'emploi, ce qui entrainera un surplus de main-d'œuvre au cours de la période 2019-2028. Les départs à la retraite et la création d'emplois devraient être des sources pratiquement égales d'ouvertures d'emploi. Le taux de départs à la retraite sera semblable à la moyenne de l'ensemble des professions, car la répartition par âge de ces travailleurs est généralement semblable à celle de l'ensemble des professions, et ceux-ci prennent généralement leur retraite à un âge semblable. Les départs à la retraite devraient générer près de 53 % de tous les débouchés, une proportion inférieure à la moyenne de l'ensemble des professions (environ 59 % des ouvertures d'emploi). De plus, la croissance de l'emploi devrait être similaire à la moyenne de l'ensemble des professions. Par conséquent, la création d'emplois représentera environ 33 % des ouvertures d'emploi totales. Les besoins au niveau du réseau routier et des infrastructures publiques sont toujours importants. On s'attend donc à ce que le niveau d'activité en génie civil soit maintenu pendant la période de projection, bien qu'à un rythme plus lent que par le passé. Ainsi, les conditions projetées en surplus ne sont pas le résultat d'une faible demande, mais plutôt de projections d'une offre de main-d'œuvre importante. En effet, la grande majorité des chercheurs d'emploi proviendra directement du système scolaire. D'ailleurs, suivant la tendance à la hausse des inscriptions au niveau postsecondaire, le nombre de sortants du système scolaire augmentera par rapport à la période 2009-2018. En fait, on projette que le nombre de diplômés en génie à lui seul sera substantiellement plus grand que le nombre total d'ouvertures d'emploi, étant donné la popularité des programmes de génie. Les immigrants seront aussi une source importante d'offre pour ce groupe professionnel. Cela s'explique en grande partie par le fait que les étrangers de ce groupe professionnel provenant de pays ayant conclu un accord de libre-échange avec le Canada pourraient être admissibles à travailler au Canada, ce qui simplifierait leur entrée et leur permanence au pays. Étant donné cette offre excédentaire de travailleurs, un grand nombre de travailleurs chercheront des ouvertures d'emploi dans d'autres professions similaires, comme dans les professions d'ingénierie connexes et les postes de directeurs/directrices des services de génie. Cependant, cette mobilité négative ne sera pas suffisante pour compenser le nombre de sortants scolaires et d'immigrants. En combinaison avec la demande d'expansion plus faible relative aux années passées, ceci résultera en une offre excédentaire de main-d'œuvre sur la période de projection.

Source Système de projection des professions au Canada - EDSC

Date de modification :