Compétences Apprenti poseur-finisseur/apprentie poseuse-finisseuse de panneaux muraux secs près de Calgary (AB)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail d’apprenti poseur-finisseur/apprentie poseuse-finisseuse de panneaux muraux secs au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Plâtriers/plâtrières, poseurs/poseuses et finisseurs/finisseuses de systèmes intérieurs et latteurs/latteuses (CNP 7284).

Expertise

Les personnes qui exercent cette profession font habituellement appel aux compétences suivantes.

  • Vaporiser des matériaux insonores ou un fini texturé sur les murs et les plafonds
  • Nettoyer et préparer les surfaces
  • Appliquer des couches de plâtre lisses et uniformes
  • Appliquer, à la truelle ou au pistolet, des couches de crépi sur les murs extérieurs d'un bâtiment de manière à réaliser des surfaces résistantes aux intempéries
  • Finir des angles et des coins et créer, au besoin, des motifs décoratifs dans la couche de finition
  • Mouler et installer des panneaux, des corniches et des moulures ornementales en plâtre
  • Traiter des surfaces fraîchement enduites de plâtre
  • Mélanger les ingrédients pour obtenir un plâtre ayant la consistance désirée
  • Appliquer plusieurs couches de remplissage et poncer les joints longitudinaux et transversaux
  • Poser et assujettir des panneaux aux poteaux ou aux solives en bois ou en métal
  • Couper et installer des baguettes d'angle en métal pour protéger les coins extérieurs
  • Remplir des joints, des têtes de clous, des trous et des fentes avec des produits de remplissage pour joints, à l'aide de truelles ou de couteaux à lame large
  • Poser des rubans sur des joints à l'aide de machines à jointoyer et enduire les rubans de produit de remplissage
  • Fabriquer et installer des ossatures en métal et des panneaux de façon à former des plafonds suspendus et poser des panneaux pour former des plafonds insonorisants et des plafonds à caissons
  • Mesurer, découper, ajuster et installer des panneaux de gypse
  • Enlever le surplus de remplissage et laisser sécher
  • Préparer la configuration des murs et des plafonds
  • Installer de l'ossature métallique et des bandes de fourrure pour des murs et des plafonds en panneaux de gypse ou d'enduits, à l'aide d'outils manuels et mécaniques
  • Pratiquer des ouvertures dans les lattes afin de passer de la tuyauterie de chauffage et de ventilation ainsi que des conduits et des prises électriques
  • Installer des pare-vapeur et des isolants thermiques et insonores
  • Installer des ossatures en acier à l'extérieur et à l'intérieur
  • Installer des carreaux acoustiques, des supports de plafond suspendu et des crampons métalliques pour la composition des panneaux muraux ou des lattes
  • Assujettir les lattes en métal ou en gypse aux poteaux ou aux fourrures
  • Utiliser un dispositif d'alignement au laser
  • Poser des baguettes d'angle et des treillis métalliques autour des poutres qui doivent être enduites de plâtre

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession.

Lecture
  • Lire des notes ou de brefs messages, tels que des avis d'événement de l'entreprise à venir. (1)
  • Lire des directives d'orientation du chantier avant le début des travaux sur un nouveau chantier. (2)
  • Lire les procédures et les règlements de sécurité, tels que la protection contre les chutes ou l'usage de garde-fous. (2)
  • Lire les brochures qui décrivent les nouveaux produits et les nouvelles technologies. (2)
  • Se référer, au besoin, aux étiquettes ou aux fiches signalétiques de sécurité de produit (FS), pour déterminer les procédures de manutention ou les renseignements sur les premiers soins touchant les matières dangereuses. (2)
  • Lire, au besoin, des lettres du syndicat touchant les réunions et les occasions de perfectionnement. (2)
  • Lire, au besoin, des avis de modification, de deux ou trois pages, qui décrivent les modifications aux plans détaillés ou aux spécifications. (2)
  • Consulter, au besoin, les commandes de travail pour obtenir les détails des exigences. (2)
  • Lire des documents de formation pour les cours ou les séminaires de recyclage sur des sujets tels que le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), les premiers soins ou les mises à jour du plan de formation du syndicat. (3)
  • Lire les manuels des normes de prescription, qui définissent les normes du métier pour un domaine d'application. (3)
  • Lire, au besoin, les rapports d'ingénierie de deux ou de trois pages, qui détaillent des critères importants ou exceptionnels pour une tâche ou un aspect des travaux, par exemple les spécifications de construction d'un mur ouvragé. (3)
Utilisation de documents
  • Lire des étiquettes sur des matériaux divers pour connaître leurs dimensions et leur type. (1)
  • Lire les avis de sécurité sur les lieux de travail. (1)
  • Inscrire les heures sur les feuilles de temps quotidiennes. (1)
  • Lire les mesures sur les rubans à mesurer et les chiffres sur les niveaux au laser. (1)
  • Lire les échéanciers de travail du projet qui indiquent les dates de début et d'achèvement prévues pour diverses parties des travaux. (2)
  • Créer des esquisses simples illustrant, par exemple, un détail particulier sur un plafond ou sur une face de colonne. (2)
  • Réviser des esquisses ou des schémas dessinés par des collègues illustrant, par exemple, la construction d'une cloison inhabituelle. (2)
  • Utiliser, au besoin, une feuille de calcul simple pour entrer, par exemple, des codes numériques ou des noms d'outils ou de matériaux sortis d'un inventaire centralisé. (2)
  • Préparer, au besoin, des estimations ou des factures pour des clients dans un format uniformisé qui détaille les produits et les services à livrer, les coûts et les totaux. (2)
  • Se référer à des dessins de mécanique qui illustrent, par exemple, l'emplacement d'un conduit résistant au feu dans un mur. (2)
  • Remplir, au besoin, un rapport d'incident ou d'accident. (3)
  • Se référer ou se renvoient à des plans architecturaux, structuraux et mécaniques afin d'identifier les spécifications pertinentes à leur travail, tels que le nombre de colonnes dans une salle ou la taille et l'espacement entre les poteaux d'acier. Ceci pourrait exiger une analyse des plans afin d'assurer la conformité aux normes du code. (5)
Rédaction
  • Rédiger, au besoin, des notes pour eux-mêmes, à titre d'aide-mémoire ou pour noter des renseignements, dans un carnet personnel (par exemple) des travaux effectués chaque jour. (1)
  • Rédiger une courte note à un supérieur, par exemple, pour demander davantage de renseignements sur des matériaux. (1)
  • Rédiger de courtes réponses à des questions au cours d'un examen de formation, tel que la formation au SIMDUT. (2)
  • Rédiger, au besoin, plusieurs paragraphes sur un formulaire de rapport d'incident ou d'accident, en décrivant les événements dont ils ont été témoins. (2)
  • Avoir à rédiger, au besoin, des notes résumant une discussion ou des décisions lors d'une réunion hebdomadaire de travail ou sur la sécurité. (2)
CalculCalculs monétaires
  • Calculer le total des coûts de matériaux pour un supplément au contrat. (2)
  • Préparer des factures pour des clients. Les calculs comportent des étapes multiples, telles que multiplier des dimensions linéaires ou de superficie par un montant d'argent, en ajoutant les coûts de matériaux et de la main-d'oeuvre, en calculant la TPS et le montant total de la facture. (3)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Noter les coûts par rapport à des catégories dans un budget. (1)
  • Avoir à modifier une soumission ou un budget pour intégrer de nouvelles informations, telles qu'une modification du prix des matériaux, des suppléments au contrat ou des imprévus. (3)
Mesures et calculs
  • Mesurer des longueurs ou des épaisseurs en utilisant un ruban à mesurer. (1)
  • Calculer les quantités nécessaires, en utilisant deux opérations mathématiques ou plus. Par exemple, compter le nombre de colonnes puis le multiplier par le nombre de plaques de plâtre par colonne, pour déterminer le nombre total de plaques de plâtre nécessaires. (2)
  • Vérifier si les angles d'une salle sont d'équerre, en construisant un triangle dont les côtés ont un rapport de 3, 4 et 5. (3)
  • Calculer les mesures de caractéristiques architecturales lorsque aucune mesure n'est fournie. Par exemple, calculer la dimension d'une jouée ovale ou d'une suspension de plafond en agrandissant les dessins à l'échelle, en faisant une grille sur le plancher et en créant un gabarit pour les formes grandeur nature. (3)
  • Calculer les rayons, les circonférences et les angles nécessaires pour construire des éléments architecturaux, telles que des plafonds en tonnelle ou en dôme, à partir de longueurs uniformisées de lattes métalliques ou de plaques de plâtre. (4)
Analyses des données numériques
  • Comparer, au besoin, les coûts des matériaux d'un chantier à un autre, puis le pourcentage d'augmentation des coûts pour rajuster le total facturé pour le travail. (2)
Calcul approximatif
  • Utiliser des approximations, par exemple, combien de pieds de mur sec par heure/personne, pour calculer le nombre d'ouvriers nécessaires pour effectuer un travail dans un certain délai. (2)
  • Évaluer le temps nécessaire pour effectuer une tâche, en fonction de variables multiples telles que les dimensions et le type de travail, et en se basant sur l'expérience antérieure. (2)
  • Préparer, au besoin, des estimations officielles pour faire des soumissions pour des projets, en tenant compte de facteurs tels que les matériaux et la main-d'oeuvre. Les erreurs d'estimation peuvent avoir des conséquences importantes, dont des pertes financières ou des clients insatisfaits. (3)
Communication verbale
  • Écouter les messages des superviseurs ou des clients sur des téléavertisseurs ou des boîtes vocales. (1)
  • Parler à un propriétaire, pour s'assurer que le courant électrique est coupé. (1)
  • Parler à des collègues ou à des ouvriers d'autres corps de métiers, comme des charpentiers ou des ferronniers, pour coordonner les travaux. (2)
  • Collaborer avec des fournisseurs pour discuter des caractéristiques des nouveaux produits ou matériaux, ou pour coordonner la livraison des matériaux. (2)
  • Discuter de l'état des travaux avec un inspecteur lors d'une inspection officielle. (2)
  • Consulter d'autres corps de métiers pendant une démolition, s'ils découvrent de la plomberie ou des installations électriques à risque. (2)
  • Participer aux réunions régulières avec des collègues et des ouvriers d'autres corps de métiers, pour discuter de l'avancement des travaux et de la sécurité. (2)
  • Discuter, avec un superviseur, des options possibles pour effectuer les tâches, par exemple, comment modifier une tâche pour en améliorer l'efficacité ou en réduire le coût. (2)
  • Former des apprentis en leur prodiguant des instructions, une orientation et des explications, ou en évaluant leurs tâches de travail. (3)
  • Persuader le représentant du propriétaire de modifier les spécifications, telle que la manière de construire une cloison. (3)
  • Négocier et résoudre des conflits avec des collègues et des ouvriers d'autres corps de métiers, souvent avec des contraintes de délai ou dans des circonstances très bruyantes et très actives. (3)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Trouver que les outils ou que les matériaux fournis pour un travail sont insuffisants ou ne conviennent pas. Les latteurs signalent le problème au contremaître pour corriger la situation. (1)
  • Réaliser qu'une erreur a été commise, par exemple, une sous-estimation de la quantité de matériaux nécessaires pour effectuer un travail ou une tâche. Une perte de temps ou d'argent peut se produire en réglant le problème, ce qui peut comporter une consultation avec le contremaître, un supplément de matériaux, des modifications aux plans ou la reprise du travail. (2)
  • Faire face à des problèmes concernant les travaux effectués par d'autres corps de métiers, par exemple, une salle qui n'est pas d'équerre. Les latteurs disposent de plusieurs solutions, dont laisser les choses dans l'état actuel ou construire un mur de fourrures, pour corriger la situation. Il faudra prendre en compte de nombreux critères, tels que le niveau d'erreur, la nature et la fonction du lieu en construction, ainsi que le temps et l'argent nécessaires pour appliquer chaque solution. (2)
Prise de décision
  • Décider des outils à utiliser en évaluant des facteurs tels que le temps, la précision et le bruit. Une scie d'atelier, par exemple, peut être trop bruyante dans certains cas. (1)
  • Décider de la dimension que doit avoir une ouverture, en tenant compte de l'épaisseur des matériaux. (2)
  • Décider de la façon dont il convient d'entreprendre un travail donné, y compris la meilleure façon d'effectuer un travail efficacement et de manière rentable. (2)
  • Prendre des décisions sur l'emplacement de matériaux ou d'équipements, par exemple, où placer une benne, en tenant compte de facteurs comme la circulation, la sécurité, les dommages à l'aménagement paysager ou l'accès au chantier. (2)
  • Décider des matériaux ou des méthodes de construction, selon le contexte, les considérations de coûts et les spécifications de conception, tout en se conformant aux normes de l'industrie. Les latteurs peuvent, par exemple, choisir d'utiliser des montants de deux ½ pouces au lieu de montants de trois 5/8 pouces, pour économiser les coûts d'un mur de fourrures, mais ils ne pourraient pas agir de la même manière dans le cas d'un mur porteur. (2)
  • Prendre des décisions relatives aux pratiques de sécurité au travail qui peuvent avoir des conséquences importantes, telles que des blessures corporelles, en décidant, par exemple, s'il faut renforcer un échafaudage. (3)
Pensée critique

Il n'y a pas de renseignements sur la compétence de la pensée critique pour ce profil.

Planification et organisation du travail

Les latteurs (spécialistes de systèmes intérieurs) se voient habituellement attribuer des tâches de travail dans un ordre prioritaire. À l'intérieur de ce cadre de travail, ils ont cependant une certaine latitude pour décider de la façon dont ils vont entreprendre chaque tâche et des outils qu'ils vont utiliser. Ils doivent être capables de visualiser et de juger « au coup d'oeil » une tâche, en tenant compte de facteurs tels que la mise en place des murs, l'épaisseur des multiples éléments qui constituent celui-ci, des éléments de finition, des ouvertures et des applications. Une fois calculés, les matériaux doivent être entreposés dans l'ordre inverse, afin que le premier matériau à utiliser soit le plus accessible. Bien que la plupart des tâches soient routinières, chaque chantier varie, et les nouveaux défis de conception dans la construction et la rénovation sont fréquents. Les capacités d'organisation sont essentielles. La coordination des travaux avec des collègues, des apprentis et d'autres corps de métier est indispensable, souvent dans des délais très serrés. Des inconvénients, comme des pannes d'électricité, ne sont pas rares et peuvent nécessiter la réorganisation des tâches attribuées.

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se rappeler les codes de sécurité pour accéder à un chantier.
  • Se rappeler l'ordre des tâches attribuées pour la journée de travail.
  • Se rappeler les caractéristiques du type de mur pendant la durée du travail.
  • Se rappeler comment ils ont fait face à des problèmes de conception semblables par le passé.
  • Se rappeler le système de numérotation pour les sections pertinentes d'un manuel de spécifications.
Recherche de renseignements
  • Demander des renseignements et en recevoir de la part d'autres gens du métier, de chefs d'équipe, de supérieurs et d'autre personnel du chantier sur des questions courantes qui touchent directement leurs tâches de travail. (1)
  • Consulter des livres de spécifications, des manuels de sécurité ou des Fiches signalétiques de sécurité de produit (FS), pour trouver des renseignements particuliers. (1)
  • Lire des brochures sur les nouveaux produits ou sur de nouvelles technologies dont ils peuvent envisager l'utilisation. (1)
  • Découvrir qu'un renseignement important est manquant sur le plan. Les latteurs peuvent devoir consulter le manuel des spécifications, un supérieur ou, si celui-ci n'est pas disponible, parler directement à l'architecte ou à l'ingénieur, afin de poursuivre cette tâche. (2)
Technologie numérique
  • Entrer des codes numériques ou des noms d'outils ou de matériaux en provenance d'un inventaire centralisé. (1)
  • Utiliser un logiciel de communication, tel que le courrier électronique. (1)
  • Utiliser d'autres applications informatiques, par exemple entrer de l'information, tel un code de sécurité, dans un système informatisé. (1)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Bien que les latteurs (spécialistes de systèmes intérieurs) travaillent souvent de manière autonome, ils doivent continuellement coordonner leurs travaux avec des travailleurs d¿autres métiers tels des ferronniers, des électriciens, des peintres et des tôliers. Cela requiert de l¿autodiscipline afin de répondre aux objectifs de travail individuels et de la souplesse et de l¿entregent afin de travailler en collaboration avec d¿autres travailleurs qui pourraient avoir des intérêts divergents. Les compagnons latteurs (spécialistes de systèmes intérieurs) ont parfois des tâches de supervision. Ils sont entre autres responsables d¿un apprenti.

Formation continue

La majeure partie du métier de latteurs (spécialistes de systèmes intérieurs) s'apprend sur le tas, ou par une formation réglementaire. Les cours ou formations reliés au Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), à la santé et à la sécurité au travail et aux premiers soins constituent des occasions d'apprentissage courantes, tout comme les démonstrations des fabricants qui offrent de nouveaux outils ou produits, ou des cours de formation offerts par les syndicats.

Date de modification :