Compétences Surveillant/surveillante du service alimentaire en Colombie-Britannique

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de surveillant/surveillante du service alimentaire au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Superviseurs/superviseures des services alimentaires (CNP 6311).

Expertise

Les personnes qui exercent cette profession font habituellement appel aux compétences suivantes.

  • Superviser et coordonner les activités du personnel qui prépare et répartit les aliments
  • Estimer et commander les ingrédients
  • Assurer la qualité des aliments et du service
  • Tenir les registres des stocks, des réparations, des ventes et des pertes
  • Rédiger et soumettre des rapports
  • Préparer des listes de provisions alimentaires pour le chef
  • Posséder des connaissances sur les genres culinaires de l'entreprise
  • Superviser et vérifier la préparation de plateaux
  • Superviser et vérifier la livraison de plateaux d'aliments
  • Établir les horaires de travail

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession.

Lecture
  • Lire de courtes notes manuscrites rédigées par des travailleurs des services alimentaires, des clients et d'autres superviseurs. Lire, par exemple, s'il y a lieu, des notes explicatives concernant les bris et les défectuosités du matériel. (1)
  • Lire du texte dans des formulaires. Par exemple, les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des établissements de soins de santé lisent des instructions particulières inscrites sur les étiquettes de plateaux ainsi que les détails des préférences alimentaires des patients dans des formulaires contenant des directives en matière de régime alimentaire. Les superviseurs de cafétéria lisent, au besoin, les énoncés des listes d'inspection en matière de santé et de sécurité. (2)
  • Lire les courriels provenant des clients, des collègues de travail, des collègues et des gestionnaires. Lire, s'il y a lieu, les demandes des clients pour changer les calendriers des événements, ainsi que les réponses des fournisseurs relatives à ses demandes de location de matériel. (2)
  • Lire des notes de service provenant de gestionnaires et d'autres membres du personnel au sein de son organisation. Par exemple, les superviseurs de cafétéria travaillant pour des chaînes nationales lisent, s'il y a lieu, des notes de service émanant du personnel du siège social, qui annoncent des changements aux politiques de vacances. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des hôtels lisent, s'il y a lieu, des notes de service provenant de superviseurs des services d'entretien ménager, qui portent sur les changements relatifs aux procédures quotidiennes de nettoyage. (2)
  • Lire des revues spécialisées, des brochures et des bulletins pour se renseigner sur les tendances et les questions en matière de prestation de services alimentaires. Par exemple, les superviseurs de service de traiteur lisent, au besoin, des articles dans des revues telles que «Hotels» et «Gastronomie : les plaisirs de la table» pour puiser des idées sur la présentation des aliments et la disposition des couverts. Les superviseurs de cafétéria parcourent, s'il y a lieu, des bulletins d'entreprises pour trouver et lire des articles intéressants sur de nouveaux produits. (2)
  • Lire des manuels pour apprendre des méthodes et des procédures relatives à leur travail. Par exemple, les superviseurs d'unité d'hôpitaux lisent, au besoin, au sujet de l'exclusion d'aliments et des réactions indésirables concernant des patients qui suivent un régime alimentaire exempt de gluten figurant dans des manuels de soins alimentaires. Les superviseurs de cafétéria lisent, au besoin, des manuels informatiques pour se renseigner au sujet des procédures, telles que la production de rapports dans un logiciel de bases de données. (3)
  • Lire, s'il y a lieu, de courts rapports concernant ses opérations liées aux services alimentaires. Par exemple, les surveillants de comptoir de vente d'aliments lisent, s'il y a lieu, des rapports d'incident pour clarifier leur compréhension des recommandations à mettre en ¿uvre. Lire également, s'il y a lieu, des rapports de vérification pour confirmer les améliorations apportées aux services et repérer les caractéristiques de service inférieures aux normes. (3)
  • Lire des politiques, des conventions collectives et des lois pour vérifier les normes, les règles syndicales et les règlements. Par exemple, les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des hôpitaux et d'autres milieux de travail syndiqués lisent, s'il y a lieu, des clauses de conventions collectives pour trouver des détails sur les congés prolongés offerts aux travailleurs. Les superviseurs de service de traiteur lisent, au besoin, des règlements municipaux qui décrivent les exigences concernant la manipulation hygiénique des aliments pour les déjeuners buffets. Les superviseurs de cafétéria travaillant dans des établissements de soins de longue durée lisent, s'il y a lieu, les dispositions des lois provinciales en matière de qualité des services alimentaires. (4)
Utilisation de documents
  • Trouver des données sur des étiquettes et des affiches. Trouver et interpréter, par exemple, des symboles de danger sur des étiquettes de produits de nettoyage. Interpréter des icônes relatifs aux procédures d'exploitation, et des commandes d'appareils culinaires tels que les micro-ondes. Les superviseurs de service de traiteur repèrent, au besoin, le nom des rues sur des affiches lorsqu'ils se rendent vers de nouveaux lieux où sont offerts des services de traiteur. (1)
  • Trouver des données dans des listes et des tableaux. Trouver, par exemple, des mets dans les listes de prix des fournisseurs, et vérifier les quarts de travail des travailleurs dans les calendriers hebdomadaires et mensuels. Trouver, au besoin, des quantités d'articles dans des tableaux de surplus d'aliments. Les superviseurs de service de traiteur vérifient à l'occasion, dans le contexte des banquets, les listes d'articles à obtenir des entreprises de location par rapport aux stocks. (2)
  • Trouver, au besoin, des données dans des graphiques. Examiner, par exemple, s'il y a lieu, les tendances des ventes de mets particuliers sur des graphiques linéaires simples conçus par leurs gestionnaires. Examiner, s'il y a lieu, les données des sondages sur la satisfaction de la clientèle portant sur divers aspects des services alimentaires, présentées sous forme de diagrammes à barres horizontales. (2)
  • Obtenir, au besoin, des dimensions, des distances et d'autres données sur des cartes et des dessins à l'échelle. Par exemple, les superviseurs travaillant dans des restaurants-minute repèrent au besoin, sur les plans des rues, des adresses pour les livraisons à domicile. Les superviseurs de service de traiteur relèvent au besoin, sur les plans d'étage des lieux, les dimensions des cuisines et des salles à manger pour des événements à venir. (2)
  • Trouver des données dans des formulaires. Repérer, par exemple, s'il y a lieu, les choix alimentaires des clients dans des formulaires de commande de menus. Examiner, au besoin, les formulaires de réservation de salles à manger, afin de trouver les dates, le nom des clients, le nombre d'invités et les salles réservées. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des centres de soins infirmiers confirment, au besoin, que les données, telles que les codes des régimes alimentaires, les allergies, les suppléments et les préférences des patients, ont été régulièrement entrées dans les formulaires de commande des patients, les fiches de régimes alimentaires thérapeutiques, les menus et les recettes. (3)
  • Remplir des formulaires tels que les fiches de contrôle de la qualité des aliments, les feuilles d'inventaire, les formulaires des dépenses et des revenus mensuels ainsi que les fiches où sont consignés les dépôts en espèces. Inscrire, par exemple, des dates, des articles et des quantités sur des feuilles d'inventaire pour assurer le suivi des stocks. Inscrire également le coût des aliments, de la main-d¿¿uvre, des articles de papeterie et des accessoires de nettoyage dans des formulaires de rapport sur les dépenses hebdomadaires, en utilisant les données inscrites sur les factures et les feuilles de présence. (3)
Rédaction
  • Écrire des notes à des collègues, et des inscriptions dans des registres et des formulaires. Écrire, par exemple, s'il y a lieu, des notes pour informer leurs collègues de travail que les stocks de certains articles sont bas et que de nouveaux stocks ont été commandés. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des centres de soins infirmiers écrivent, s'il y a lieu, des remarques sur les restrictions diététiques et les préférences alimentaires des pensionnaires dans des listes et des feuillets d'information. Les superviseurs de cafétéria écrivent, s'il y a lieu, de courts textes dans des plans d'action au sujet des nouvelles normes relatives à la température des aliments. (1)
  • Écrire des courriels et des lettres à des collègues et à des clients pour formuler des demandes, répondre à des questions et coordonner des activités. Par exemple, les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des hôpitaux écrivent, au besoin, des courriels à des diététistes afin de vérifier le caractère approprié de certains mets pour des régimes alimentaires particuliers. Écrire également, au besoin, des courriels à leurs gestionnaires pour décrire des problèmes en matière de gestion des ressources humaines. Les superviseurs de service de traiteur rédigent, à l'occasion, des lettres de présentation pour accompagner les propositions de prix et les choix de menus. (2)
  • Rédiger des notes sur des questions relatives à la préparation des aliments. Par exemple, les superviseurs de cafétéria écrivent, des notes à l'intention des serveurs pour décrire les nouveaux mets sur les menus et préciser les méthodes pour préparer de nouvelles boissons. (2)
  • Écrire du texte détaillé dans des formulaires de rapport. Par exemple, les superviseurs travaillant dans des restaurants-minute écrivent, dans des formulaires de rapport mensuel, des explications concernant les variations et les circonstances inhabituelles ayant une incidence sur les revenus et les dépenses. Les superviseurs de cafétéria décrivent, au besoin, des accidents et des incidents dans des formulaires de rapport. (3)
CalculCalculs monétaires
  • Payer en espèces et par cartes de crédit des mets composés d'aliments de spécialité, des commandes urgentes d'ingrédients essentiels et des stocks dont le niveau est bas. (1)
  • Percevoir, s'il y a lieu, le paiement des clients pour des services alimentaires, et faire de la monnaie. Par exemple, les superviseurs de cafétéria encaissent, au besoin, les paiements des clients, lorsque les caissiers prennent une pause. (2)
  • Calculer et vérifier des propositions de prix, des bons de commande et des factures. Par exemple, les superviseurs de service de traiteur multiplient les prix des menus par le nombre d'invités, appliquent les rabais, les frais supplémentaires et les taxes, et calculent le montant total des factures. (3)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Compter les volants de liquidité et les fonds de petite caisse. (1)
  • Rapprocher l'argent comptant et les reçus de cartes de crédit avec les livres, tels que les totaux des caisses enregistreuses. (2)
  • Comparer les coûts associés à l'achat et à la préparation de mets. Comparer, par exemple, les coûts d'achat d'aliments congelés afin de préparer les mêmes mets dans leur cuisine. (2)
  • Surveiller le coût des aliments, de la main-d¿¿uvre et des fournitures, et comparer ces coûts avec les montants prévus aux budgets, afin de prévenir les excédents budgétaires et d'améliorer la productivité. Par exemple, les superviseurs de cafétéria limitent, s'il y a lieu, les heures de travail des employés, si les coûts de la main-d¿¿uvre excèdent les montants prévus aux budgets. (3)
  • Préparer des horaires de travail pour des travailleurs occasionnels des services alimentaires et ceux travaillant à temps plein et à temps partiel. Par exemple, les superviseurs de service de traiteur prennent en considération les types de tâches, le nombre d'invités, les conventions collectives, les règlements gouvernementaux en matière de travail ainsi que les compétences, la disponibilité et les préférences des travailleurs, lorsqu'il s'agit de préparer des horaires de travail pour des événements spéciaux. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des hôpitaux et des centres de soins infirmiers tiennent compte du nombre minimal et maximal d'heures de travail par jour et par semaine conformément aux conventions collectives. Ils modifient souvent les horaires pour tenir compte des congés et des absences. (3)
Mesures et calculs
  • Mesurer des durées, des températures, des volumes et des poids. Par exemple, les superviseurs de cafétéria mesurent fréquemment la température des réfrigérateurs, des fours et des aliments préparés pour s'assurer de la salubrité des aliments et du respect des règlements en matière de santé publique. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des établissements de soins de longue durée mesurent les délais entre le moment où des pensionnaires demandent de l'aide et celui où les réponses ont été fournies. Les surveillants de cantine mesurent des volumes et des poids d'ingrédients alimentaires secs et humides selon les quantités précisées dans les recettes. (1)
  • Mesurer des quantités d'ingrédients alimentaires secs et humides nécessaires pour augmenter ou diminuer des quantités d'aliments préparés, en utilisant des rapports de quantités par nombre de portions. (2)
Analyses des données numériques
  • Gérer l'approvisionnement en aliments et en services. Tenir compte des taux de consommation, des mets prévus, de la taille des paquets et des niveaux voulus de stocks. Calculer également les pertes pour expliquer les différences entre les stocks réels et les stocks prévus. (2)
  • Recueillir des données et calculer les statistiques de base pour décrire des opérations liées aux services alimentaires et gérer la productivité. Par exemple, les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des centres de soins infirmiers calculent les charges de travail, telles que le nombre moyen de livraisons d'aliments effectuées par les aides, aux fins d'équilibre des charges de travail. Les superviseurs de cafétéria et les surveillants de cantine calculent, au besoin, les coûts par client, et comparent ces mesures aux normes relatives aux coûts des aliments. (3)
Calcul approximatif
  • Estimer le temps pour exécuter des tâches, en se servant de leur expérience comme guide. Estimer par exemple, s'il y a lieu, le temps nécessaire à la préparation des plateaux et à la disposition des couverts. (1)
  • Estimer des quantités d'aliments et le nombre de serveurs nécessaire pour des opérations liées aux services alimentaires et des événements spéciaux. Par exemple, les superviseurs de cafétéria estiment le nombre de serveurs nécessaire pour servir des repas pendant les longues fins de semaine. Les superviseurs travaillant dans des restaurants-minute utilisent des rapports définis quant à l'utilisation horaire du personnel en fonction du nombre de clients, afin de déterminer les horaires de travail du personnel de la cuisine. Les surveillants de cantine estiment, au besoin, les quantités d'aliments nécessaires, compte tenu du nombre d'invités et de la grosseur habituelle des portions. (3)
Communication verbale
  • Discuter des services alimentaires avec les clients. Par exemple, les superviseurs de cafétéria expliquent les choix de menus aux clients, vérifient leurs préférences alimentaires et restrictions diététiques et demandent leurs opinions sur les mets et le service à la clientèle. (1)
  • S'entretenir avec les fournisseurs pour passer des commandes, se renseigner au sujet des produits et des livraisons et formuler des demandes particulières. Par exemple, les superviseurs de service de traiteur appellent à l'occasion des agences de dotation pour demander de l'aide temporaire et préciser les connaissances et les compétences nécessaires pour exercer les emplois. (1)
  • Discuter des menus et de la prestation des services alimentaires avec des collègues et des clients. Par exemple, les superviseurs travaillant dans des restaurants-minute discutent, avec des collègues, des méthodes concernant l'organisation dans les réfrigérateurs. Les superviseurs de cafétéria demandent à leurs gestionnaires des suggestions pour résoudre des difficultés avec le personnel subalterne. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des hôpitaux discutent, au besoin, avec des collègues au sujet de leur expérience relative au nouveau matériel, tels les chariots de livraison de repas chauds et froids. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des établissements de soins de longue durée rencontrent des comités de pensionnaires pour discuter des améliorations de services. (2)
  • Fournir des directives, de l'encouragement et des critiques constructives aux travailleurs sous leur supervision. Par exemple, les superviseurs de cafétéria demandent aux aides-cuisiniers de préparer davantage de mets pour remplir les comptoirs de service. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des hôpitaux rencontrent chaque travailleur pour commenter son rendement au travail et imposer des mesures disciplinaires. Les superviseurs de service de traiteur suggèrent, s'il y a lieu, des résolutions de conflits aux serveurs qui se plaignent d'une répartition inégale des charges de travail et des pourboires. (2)
  • Animer des séances de formation pour les travailleurs des services alimentaires. Par exemple, les superviseurs de service de traiteur rencontrent le personnel temporaire avant les événements pour l'informer des menus, de la présentation des aliments et des directives pour nettoyer les tables. Les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des hôtels tiennent des réunions avec le personnel permanent pour discuter des améliorations de services, des plaintes générales et des infractions, et lui rappeler les normes relatives à la qualité ainsi que les objectifs en matière de santé et de sécurité. (3)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Rechercher, s'il y a lieu, d'autres moyens d'utiliser les articles pour limiter le gaspillage, si certains mets ne sont pas prisés par les clients. Tenter également de déterminer les raisons justifiant le manque d'intérêt pour ces mets, et imaginer, au besoin, d'autres mets pouvant être préparés rapidement. (2)
  • Faire face à des bris de matériel. Demander du soutien technique, en cas de défaillances du matériel, si leurs tentatives pour rechercher les causes des pannes restent infructueuses. Consulter également des collègues tels que les chefs et les cuisiniers pour déterminer s'il existe d'autres façons de faire que d'utiliser le matériel, et substituer, au besoin, des mets. (2)
  • Communiquer avec les fournisseurs pour passer des commandes urgentes, si les budgets et le temps le permettent, lorsqu'il y a des pénuries de stocks et d'ingrédients essentiels. Communiquer également, au besoin, avec des collègues pour demander de l'aide, et faire des substitutions de repas, si les normes relatives à la qualité des aliments peuvent être maintenues. Réorganiser également, au besoin, les calendriers des services alimentaires pour tenir compte des livraisons ultérieures de stocks. (2)
  • Communiquer, au besoin, avec d'autres travailleurs et agences pour embaucher des employés de remplacement ou réorganiser les tâches pour les travailleurs présents en attendant l'arrivée des nouveaux employés, s'il y a un nombre insuffisant de travailleurs des services alimentaires, en raison de congés maladie et d'une mauvaise communication avec les agences de dotation. Expliquer, s'il y a lieu, aux clients les raisons du ralentissement des services et prévoir le moment où des améliorations sont prévues. (2)
  • Discuter avec les personnes concernées pour confirmer leur compréhension des tâches et des responsabilités qu'elles doivent assumer, organiser des séances de formation et imposer des mesures disciplinaires, lorsqu'il y a des erreurs, des tâches non conformes aux normes, ce qui entraîne notamment la perte de commandes, les erreurs de service, la surcuisson des aliments et l'impolitesse envers les clients. Apporter également, s'il y a lieu, des changements à l'ordre et à la formulation des procédures écrites, et obtenir la coopération d'autres superviseurs, si les erreurs proviennent d'autres unités de travail. (3)
  • Examiner les situations pour obtenir la confirmation de la nature et de la gravité de l'inconduite, et chercher de l'information concernant les mesures disciplinaires figurant dans les conventions collectives ou consulter des gestionnaires et des collègues au sujet des précédents, lorsque certains travailleurs commettent des écarts de conduite tels que gonfler leurs heures de travail, dormir pendant les heures de travail, donner des repas gratuits aux clients ou voler des stocks. Rencontrer les travailleurs pour discuter de leurs constatations et des mesures disciplinaires appropriées. (3)
Prise de décision
  • Choisir des ingrédients, des recettes et des menus à servir à leurs clients. Par exemple, les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des centres de soins infirmiers prennent en considération les restrictions diététiques et les préférences alimentaires des pensionnaires, les limites budgétaires, les temps de préparation ainsi que les normes en matière de qualité et d'apparence. Ils choisissent également des menus et des plats qui mettent en valeur des ingrédients saisonniers, des thèmes culturels et des occasions spéciales. (2)
  • Assigner des tâches aux cuisiniers, aux aides-diététistes, aux aides-cuisiniers, aux serveurs et à d'autres travailleurs. Prendre en considération les compétences, l'expérience, les préférences et la disponibilité de chaque employé, tout en assurant l'équité parmi les travailleurs. (2)
  • Choisir, s'il y a lieu, des fournisseurs. Tenir compte des coûts, de la disponibilité des produits, des délais de livraison et des normes en matière de qualité. (2)
Pensée critique
  • Peut évaluer la pertinence des menus et des choix alimentaires de personnes et de groupes. Par exemple, les superviseurs/superviseures des services alimentaires d¿un hôpital s¿assurent que les patients qui sont restreints à des diètes faibles en lactose n¿ont pas coché le fromage dans la liste de leurs aliments préférés. (1)
  • Évaluer l¿hygiène et la sécurité dans leurs unités de travail en inspectant la propreté des plats de service et des ustensiles, des surfaces de travail, des réfrigérateurs, des autres lieux d¿entreposage, des lavabos, des salles de bain et des planchers. Ils vérifient que les outils, le matériel et les aliments sont adéquatement entreposés lorsqu¿ils ne sont pas utilisés et que la signalisation est à jour. Ils examinent les registres de formation afin d¿assurer la conformité aux exigences du Système d¿information sur les matières dangereuses utilisées au travail. (2)
  • Évaluer les compétences des travailleurs qu¿ils supervisent. Ils tiennent compte de l¿exactitude des travailleurs à prendre les commandes de repas et à tenir des registres, de leur connaissance des plats au menu, de leurs interactions avec les clients et les collègues et de leur ponctualité. (2)
  • Évaluer la qualité et l¿uniformité des opérations liées aux services alimentaires qu¿ils supervisent. Ils comparent les saveurs, les couleurs, les textures, les températures et la présentation générale des aliments servis aux normes de leur organisation, et ils examinent les interactions entre les travailleurs des services alimentaires et les clients. Ils tiennent aussi compte de la question de savoir si les repas sont servis tels que commandés ainsi que des résultats des sondages sur la satisfaction, y compris les commentaires formulés par les clients. (3)
Planification et organisation du travail

Planification et organisation de leur travail

Les superviseurs des services alimentaires organisent leurs tâches dans des horaires quotidiens et hebdomadaires. Ils doivent adapter leurs projets pour faire face aux fréquentes interruptions et aux événements imprévus, tels que la pénurie de mets, les changements de dernière minute concernant les commandes des clients ainsi que les absences et les retards des travailleurs. Ils doivent être disposés à modifier leurs priorités et à gérer de nombreuses tâches à diverses étapes d'exécution, afin d'effectuer leur travail avec efficacité. (3)

Planification et organisation du travail des autres

Les superviseurs des services alimentaires préparent des calendriers pour les cuisiniers, les aides-diététistes, les aides-cuisiniers, les serveurs et d'autres travailleurs sous leur supervision, et leur assignent des tâches.

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se rappeler le visage et le nom du plus grand nombre possible de travailleurs et de clients, afin de personnaliser les discussions avec eux.
  • Se rappeler, au besoin, divers codes et abréviations de régimes alimentaires, d'aliments et de commandes utilisés dans des documents et des programmes informatiques, afin d'accélérer le travail.
  • Se rappeler les détails des politiques et des procédures pour s'assurer que les services alimentaires respectent les normes organisationnelles et les règlements gouvernementaux.
Recherche de renseignements
  • Trouver de l'information sur des régimes alimentaires particuliers dans des manuels de soins alimentaires et des revues spécialisées en nutrition, et en consultant des diététistes et des nutritionnistes. (2)
  • Trouver de l'information sur les nouvelles tendances en matière de préparation, de présentation et de distribution des aliments, en consultant des collègues, en lisant des revues spécialisées et en assistant à des foires organisées par l'industrie alimentaire. (2)
Technologie numérique
  • Utiliser, au besoin, des bases de données. Par exemple, les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des établissements de soins de santé examinent, s'il y a lieu, les dossiers des patients pour connaître les renseignements relatifs aux régimes alimentaires, entrent des commandes et produisent des rapports en utilisant des logiciels de bases de données tels que Foodservice Suite. (2)
  • Utiliser un logiciel de communication. Utiliser un logiciel de communication pour échanger des courriels et des pièces jointes avec des collègues, des clients et des fournisseurs. (2)
  • Utiliser Internet. Accéder, par exemple, aux sites Web gouvernementaux et d'associations professionnelles pour télécharger des curriculum vitae de candidats, visualiser les classements comparatifs concernant les services alimentaires et lire des bulletins en ligne. Utiliser également des logiciels de navigation tels qu'Internet Explorer pour trouver l'origine des nouveaux produits et matériel. (2)
  • Utiliser un logiciel de traitement de texte. Écrire, réviser et mettre en forme par exemple, s'il y a lieu, du texte pour des lettres, des registres et des notes de service, en utilisant un logiciel de traitement de texte tel que Word. Rédiger et mettre en forme également, au besoin, des documents tels que les procédures des tâches, les menus, les calendriers et les plans d'action. (3)
  • Utiliser des tableurs. Par exemple, les superviseurs de service de traiteur utilisent, au besoin, des programmes tels qu'Excel pour préparer des propositions de prix, tandis que les superviseurs des services alimentaires travaillant dans des établissements de soins de longue durée assurent, s'il y a lieu, la distribution par étage des stocks d'aliments et des fournitures en vrac. Les superviseurs de cafétéria créent, au besoin, des rapports tels que les sommaires des dépenses et les tableaux hebdomadaires des heures de travail. Utiliser des formules pour calculer des montants nets et des totaux selon la catégorie. (3)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les superviseurs/superviseures des services alimentaires coordonnent et intègrent les fonctions du poste avec les chefs, les maîtres d¿hôtel, les cuisiniers, les gestionnaires et le personnel du marketing afin de planifier les menus et la présentation des aliments, de contrôler les inventaires et les coûts et de répondre aux normes de qualité et de sécurité. Dans les hôpitaux et les établissements résidentiels, ils travaillent en étroite collaboration avec les diététiciens, le personnel infirmier et les nutritionnistes afin de combler les besoins alimentaires de leurs clients.

Formation continue

La formation continue constitue une partie importante du travail des superviseurs des services alimentaires. Ils doivent rester au fait des nouveaux produits, des tendances et des questions liées à leur contexte de travail. Ils acquièrent quotidiennement de nouvelles connaissances en discutant avec des collègues, des gestionnaires, des fournisseurs et des clients, et en lisant des bulletins, des revues spécialisées, des brochures, des manuels, des politiques et des lois. Ils assistent également à des séminaires, à des ateliers et à des cours offerts par leur employeur et leur association professionnelle.

Date de modification :