Perspectives d’emploi Briqueteur/briqueteuse au Canada

Les perspectives d’emploi des personnes qui travaillent comme de briqueteur/briqueteuse diffèrent selon leur lieu de travail au Canada. Découvrez ce que l’avenir leur réserve dans votre province ou territoire. Ces perspectives concernent l’ensemble des Briqueteurs-maçons/briqueteuses-maçonnes (CNP 7281).

Veuillez noter que les perspectives d’emploi actuelles pour 2019-2021 ont été publiées en décembre 2019 en fonction des informations disponibles à ce moment. Nous nous efforçons de mettre à jour ces renseignements aussi tôt que possible. En attendant, visitez le tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada pour consulter les plus récentes données sur la demande et les exigences associées à cette profession. Vous pouvez aussi consulter nos nouveaux portraits sectoriels pour vous renseigner sur les développements récents dans les secteurs économiques clés de votre région.

Débouchés au cours des 3 prochaines années

Explorez les perspectives d’emploi futures par province et territoire.

Région Perspectives d’emploi
Terre-Neuve-et-Labrador Indéterminées Indéterminées
Île-du-Prince-Édouard Bonnes Bonnes
Nouvelle-Écosse Acceptables Acceptables
Nouveau-Brunswick Acceptables Acceptables
Province du Québec Limitées Limitées
Ontario Acceptables Acceptables
Manitoba Limitées Limitées
Saskatchewan Limitées Limitées
Alberta Acceptables Acceptables
Colombie-Britannique Acceptables Acceptables
Territoire du Yukon Indéterminées Indéterminées
Territoires du Nord-Ouest Indéterminées Indéterminées
Nunavut Indéterminées Indéterminées
Légende : Les perspectives d’emploi peuvent être : Indéterminées Limitées Acceptables Bonnes

Vous pouvez aussi consulter ces données sur une carte. Allez à Explore IMT

Conditions du marché du travail au cours des 10 prochaines années

Regardez plus en détail l’évolution prévue de l’offre et de la demande de travailleurs appelés à exercer cette profession au cours de la période 2019-2028. Pour plus d’informations sur les tendances futures en emploi, référez-vous au Système de projection des professions au Canada.

Sommaire

SURPLUS : Ce groupe professionnel devrait être confronté à une situation de surplus de main-d'œuvre au cours de la période 2019-2028 au niveau national. La section ci-dessous contient de l'information plus détaillée concernant les perspectives de ce groupe professionnel.

Emploi en 2018

16 800

Âge médian des travailleurs en 2018

40

Âge moyen de la retraite en 2018

66.0

Analyse détaillée

Afin de déterminer les perspectives d'une profession, l'importance de l'écart entre les projections du nombre total de chercheurs d'emploi et celui d'ouvertures d'emploi au cours de la période de projection (2019-2028) est analysée conjointement avec l'évaluation des conditions récentes sur le marché du travail. L'objectif est de déterminer si les conditions récentes sur le marché du travail (pénurie, équilibre ou surplus) observées dans une profession au cours des dernières années persisteront ou changeront au cours de la période de projection. Par exemple, si l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que le nombre de chercheurs d'emploi était insuffisant afin de doter l'ensemble des ouvertures d'emploi (une pénurie de main-d'œuvre) dans une profession au cours des dernières années, les projections sont alors utilisées afin de déterminer si cette situation se poursuivra au cours de la période de projection ou si cette profession retournera à une situation d'équilibre.

Au cours de la période 2016-2018, cette profession a enregistré des pertes d'emploi. Cependant, l'emploi a été volatile au cours des années passées et ces pertes font suite à un sommet historique atteint en 2015. En effet, suivant la forte baisse en 2016, des gains d'emploi ont eu lieu en 2017 et 2018. Ces gains récents se sont traduits par un déclin dans le taux de chômage, qui se situait à des niveaux historiquement bas, mais demeurait plus du double de la moyenne nationale en 2018. Notons toutefois que cette profession évolue dans le cadre de projets et de manière saisonnière. L'un des facteurs sous-tendant le haut taux de chômage réside donc dans le nombre important de personnes se trouvant sans emploi entre deux projets et dans l'influence des saisons sur l'activité. En fait, pendant les mois de la période de pointe, le taux de chômage dans cette profession a diminué à des niveaux significativement sous la moyenne nationale. Pour sa part, le nombre de postes vacants a fortement diminué, particulièrement en 2018. Ainsi, l'analyse des principaux indicateurs du marché du travail suggère que les chercheurs d'emploi étaient suffisamment nombreux pour combler les postes disponibles dans ce groupe professionnel au cours de la période 2016-2018.

Pour les Briqueteurs-maçons/briqueteuses-maçonnes., au cours de la période 2019-2028, les projections montrent un total de 4 000 nouvelles possibilités d'emploi (provenant de la demande d'expansion et de remplacement) et de 7 500 chercheurs d'emploi (provenant des sortants scolaires, de l'immigration et de la mobilité).

Bien que ce groupe professionnel ait fait face à un marché du travail en équilibre lors des dernières années, le nombre projeté de chercheurs d'emploi devrait être substantiellement plus élevé que le nombre d'ouvertures d'emploi, ce qui entrainera un surplus de main-d'œuvre au cours de la période 2019-2028. La croissance de l'emploi devrait être similaire à la moyenne nationale et représenter environ un tiers des ouvertures d'emploi au cours de la période de projection. Les perspectives d'emploi pour cette profession dépendent grandement de la santé du secteur de la construction. Au cours de la dernière décennie, l'activité dans le secteur de la construction a été soutenue par la construction de nouvelles unités de logement, une augmentation substantielle des dépenses de rénovation et des investissements en construction non-résidentielle. Cependant, des règlements plus stricts sur les hypothèques, le ralentissement dans la croissance de la population, les niveaux d'endettement des ménages plus élevés, ainsi que la tendance au déclin anticipée dans la formation des ménages et dans les mises en chantier vont limiter la demander pour de nouvelles résidences. On s'attend à ce que le vieillissement de la population mène à un changement dans la composition des mises en chantier, qui passeront de maisons unifamiliales à des logements multiples (appartements et copropriétés). Étant donné que les logements multiples sont plus intensifs en capital et nécessitent moins de main-d'œuvre par unité de production, les gains de productivité limiteront la croissance de l'emploi pour cette profession dans le secteur résidentiel. De plus, alors que les progrès technologiques contraindront la croissance du bâtiment commercial, les investissements dans la construction d'entrepôts seront soutenus par une pénétration plus forte du commerce électronique. Les départs à la retraite devraient représenter environ la moitié des ouvertures d'emploi, une proportion inférieure à celle des autres professions (environ 59 % des ouvertures d'emploi). Les travailleurs de ce groupe professionnel sont généralement plus jeunes que la moyenne et ont tendance à prendre leur retraite à un âge plus avancé que dans les autres professions, ce qui se traduit par un taux de départs à la retraite significativement inférieur à celui de l'ensemble des professions.

En ce qui concerne l'offre de main-d'œuvre, la plupart des chercheurs d'emploi devraient provenir du système scolaire au cours de la période de projection. En fait, le volume de ces chercheurs d'emploi à lui seul devrait excéder significativement le nombre total d'ouvertures d'emploi projetées. De plus, un grand nombre d'immigrants devraient aussi rejoindre cette profession, représentant environ un cinquième des chercheurs d'emploi projetés.

Source Système de projection des professions au Canada - EDSC

Date de modification :